Astronomy Picture of the Day

jeudi 28 septembre 2017

Obscurité

Quelque chose me turlupine depuis quelques jours, et je n'arrive pas à mettre des mots dessus. Ceci est ma tentative pour le faire.
Parce que j'ai essayé la fiction, et j'y suis plus ou moins parvenue. Mais à l'heure où j'écris ces mots, je viens de mettre un point à la fin d'une phrase dans mon roman, et aussitôt quelque chose m'est venu à l'esprit.
Je me suis rappelé une phrase de Stephen King, dans Écriture. Ce n'est pas la vie qui doit soutenir l'art. C'est l'art qui soutient la vie.
Et je m'aperçois que la raison pour laquelle l'écriture m'est en quelques sortes douloureuse depuis quelques jours tient peut-être au fait que je refuse de gérer avec ma propre vie, du moins dans une certaine mesure, et je refuse d'admettre que la vie sera toujours plus forte que la fiction.
Je ne peux pas me cacher.
 J'utilise l'écriture comme certains utilisent le sexe, la drogue, ou même le travail. Exutoire. Safe place.
J'essaie par l'écriture de mettre le doigt sur quelque chose. J'essaie de créer des scènes et des situations qui reflètent le sentiment que j'ai d'avoir un ouragan déchaîné sous l'épiderme, retenu par ma cage thoracique. J'ai souvent cette sensation tellement physique. Comme si les choses bougeaient en moi.
Je suis perturbée ces temps-ci parce que je lis un texte, qui s'avère être une fan-fiction, qui me fait l'effet d'avoir littéralement plongé ses griffes dans ma cage thoracique. La principale raison pour laquelle ce texte me bouleverse autant, c'est parce qu'il parle de la façon dont on gère (ou pas) le traumatisme. Comment on gère l'inacceptable, l'inavouable, l'indicible.
Une très ancienne question pour moi. La dernière fois que je me suis sentie secouée comme ça, c'est quand j'ai joué à Enderal, et j'en avais parlé ici aussi. Parce que pour moi, qui dit "traumatisme" dit "impuissance". Comment faire face à sa propre impuissance ? Comment vivre avec la peur de revivre l'impuissance qu'on a déjà vécue ? Je n'ai nulle réponse à cela. Et c'est ça qui continue à grignoter mon inconscient et qui me pousse à écrire, encore et encore. Parce que ma réponse, c'est l'écriture. Le fait d'être capable de transformer. Je sais qu'on ne peut pas tout contrôler dans la vie. Je me suis toujours raccrochée à l'idée qu'on pouvait au moins en faire quelque chose de beau. Même le pire du pire.
Je lutte avec ça, du coup. Je lutte pour garder confiance en moi. Parce que ce pouvoir est mon seul pouvoir. J'en ai besoin de toutes les façons qu'on peut imaginer.
Mon adolescence et ma vie de jeune adulte ont été obscurcies par ce sentiment de perte de contrôle. Je faisais des crises d'angoisse assez régulièrement. Dont deux qui m'ont réellement fait peur. Comme si la terre se dérobait sous mes pieds. Je n'arrivais plus à respirer. J'étais en train de me faire dévorer vivante par mon cauchemar. (et oui, l'histoire que je lis appuie précisément là où ça fait mal, car elle me rappelle ces moments-là). Suite à ça, je me suis mise à la méditation. Ça vous paraît peut-être idiot, mais ça a fonctionné. Aujourd'hui, je suis capable de repousser les crises d'angoisse.
Et je vais bien, vraiment. Je ne me sens pas sur le point d'être dévorée. Mais je sens que je dois faire face. Je sens que j'ai fait beaucoup de progrès en devenant forte. Mais là où j'ai assez peu progressé, c'est sur l'acceptation d'être faible. De demander de l'aide, mais pas seulement. L'autre jour Franck a souligné le fait que je détestais avoir tort. Vous n'imaginez pas à quel point (ou sans doute que si, vu que vous me connaissez bien), mon orgueil se met en travers de mon chemin. J'ai toujours voulu être une héroïne, et c'est encore vrai aujourd'hui. Je n'autorise personne à me soigner, pas avant d'y être poussée, d'y être presque forcée. Je n'autorise personne à voir à quel point mes discours sont en décalage avec ce que je ressens. Ma plus grande peur est de ne pas être à la hauteur de l'idée que je me fais de moi-même, et à celle que je cherche obstinément à renvoyer. Je sais que vous n'en avez pas besoin pour m'aimer. Ceux qui lisent ce blog, je sais que vous m'aimez comme je suis. Mais si ce n'est pas suffisant pour moi ? J'ai toujours besoin d'être plus, de faire plus. Avant, ce genre de pensée dégénérait toujours dans une crise de haine et de mépris envers moi-même. Ce n'est plus le cas. Je n'ai simplement pas trouvé encore l'équilibre entre ce que je voudrais être et ce que je suis. J'incite toujours les gens à être forts. À être courageux. À faire face. À se battre. Et que se passerait-il si moi je n'y arrivais pas ?
Mais je sais bien que tous les héros ont des failles. J'essaie de trouver un moyen de faire face aux miennes. Chez moi, des failles, ça signifie des abysses en puissance. J'ai beau me vanter de faire de l'introspection et d'aller chercher au fond de moi l'obscurité pour y faire face, j'ai toujours peur du noir.


Permettez-moi de vous expliquer pourquoi je mets cette piste-là, pourquoi elle me file la chair de poule. Parce que c'est l'histoire d'une fille qui se relève. L'histoire d'une fille qu'on a réduite à la plus pure impuissance (en l'occurrence, après avoir subi les pires tortures, elle a été privée de ses cinq sens). Mais personne ne peut la vaincre, personne ne peut réellement la rendre impuissante, parce que sa force intérieure est intouchable. Je sais à quel point ça paraît idiot, mais je ne peux que prier pour que ma propre lumière soit aussi forte.

1 commentaire:

  1. Chez moi, des failles, ça signifie des abysses en puissance. J'ai beau me vanter de faire de l'introspection et d'aller chercher au fond de moi l'obscurité pour y faire face, j'ai toujours peur du noir.

    Il ne faut pas avoir peur du noir... Les gens disent que la lumière est meilleure, mais c'est pas vrai. On ne se perd pas vraiment, dans les abysses, pas plus que dans l'alcool... Au contraire... Toute la difficulté, c'est de ne pas s'accorder trop d'importance, parce que quoi qu'on ressente, la terre continue de tourner.

    Je crois pas que tu devrais lutter contre toi-même. Je crois que tu devrais savoir qui tu es. C'est pas pareil :)

    RépondreSupprimer